que je vous aime

 no cabe duda: la maman et la putain [1973], de jean eustache, envejeció bastante mal. se salva como un manual de costumbres parisinas de principios de los setenta, por el adorable café de flore en el boulevard saint-germain [a unas cuadras de ese café, en el 14 de la rue serpente, está la librería ciné reflet, donde prácticamente se puede conseguir todo] y sobre todo por el monólogo de françoise lebrun, un delirio que consigue una enorme intensidad y, sorprendentemente, una gran agudeza. hace como diez años diabologum le puso música para hacerlo todavía más inquietante. aquí abajo, primero, la versión de diabologum en mp3, luego sobre pietaje de la película y, más abajo, la transcripción del monólogo.  

diabologum: la maman et la putain.mp3 

que je vous aime. regardez, je commence à être saoule et je bégaie et c’est absolument horrible, parce que ce que je dis je le pense réellement. et je pourrais rester tout le temps avec vous tellement je suis heureuse. je me sens aimée par vous deux… et l’autre qui me regarde avec les yeux en couilles de mites, d’un air sournois, en pensant : oui ma petite, tu peux toujours causer, mais je t’aurai. je vous en prie alexandre, je ne joue pas la comédie. mais qu’est-ce que vous croyez…  …pour moi il n’y a pas de putes. pour moi, une fille qui se fait baiser par n’importe qui, qui se fait baiser n’importe comment, n’est pas une pute. pour moi il n’y a pas de putes, c’est tout. tu peux sucer n’importe qui, tu peux te faire baiser par n’importe qui, tu n’es pas une pute. il n’y a pas de putes sur terre, putain comprends-le. et tu le comprends certainement. la femme qui est mariée et qui est heureuse et qui rêve de se faire baiser par je ne sais qui, par le patron de son mari, ou par je ne sais quel acteur merdique, ou par son crémier ou par son plombier… est-ce que c’est une pute? il n’y a pas de putes. y a que des cons, y a que des sexes. qu’est-ce que tu crois. ce n’est pas triste, hein, c’est super gai.  et je me fais baiser par n’importe qui, et on me baise et je prends mon pied… pourquoi est-ce que vous accordez autant d’importance aux histoires de cul? le sexe… tu me baises bien. ah! comme je t’aime. il n’y a que toi pour me baiser comme ça. comme les gens peuvent se leurrer. comme ils peuvent croire. il n’y a qu’un toi, il n’y a qu’un moi. il n’y que toi pour me baiser comme ça. il n’y a que moi pour être baisée comme ça par toi… quelle chose amusante. quelle chose horrible et sordide. mais putain, quelle chose sordide et horrible.  si vous saviez comme je peux vous aimer tous les deux. et comme ça peut être indépendant d’une histoire de cul. je me suis fait dépuceler récemment, à vingt ans. dix-neuf, vingt ans. quelle chose récente. et après, j’ai pris un maximum d’amants.et je me suis fait baiser. et je suis peut-être une malade chronique… le baisage chronique. et pourtant le baisage j’en ai rien à foutre. me faire encloquer, ça me ferait chier un maximum hein! là, j’ai un tampax dans le cul, pour me le faire enlever et pour me faire baiser, il faudrait faire un maximum. il faudrait faire un maximum. il faudrait m’exciter un maximum. rien à foutre.   si les gens pouvaient piger une seule fois pour toutes que baiser c’est de la merde.qu’il n’y a une seule chose très belle: c’est baiser parce qu’on s’aime tellement qu’on voudrait avoir un enfant qui nous ressemble et qu’autrement c’est quelque chose de sordide… il ne faut baiser que quand on s’aime vraiment.  et je ne suis pas saoule… si je pleure… je pleure sur toute ma vie passée, ma vie sexuelle passée, qui est si courte. cinq ans de vie sexuelle, c’est très peu. tu vois, marie, je te parle parce que je t’aime beaucoup. tant d’hommes m’ont baisée. on m’a désirée parce que j’avais un gros cul qui peut être éventuellement désirable. j’ai de très jolis seins qui sont très désirables. ma bouche n’est pas mal non plus. quand mes yeux sont maquillés ils sont pas mal non plus. et beaucoup d’hommes m’ont désirée comme ça, tu sais, dans le vide. et on m’a souvent baisée dans le vide. je ne dramatise pas, marie, tu sais. je ne suis pas saoule. et qu’est-ce que tu crois, tu crois que je m’appesantis sur mon sort merdique. absolument pas.  on me baisait comme une pute. mais tu sais, je crois qu’un jour un homme viendra et m’aimera et me fera un enfant, parce qu’il m’aimera. et l’amour n’est valable que quand on a envie de faire un enfant ensemble. si on a envie de faire un enfant, on sent qu’on aime. un couple qui n’a pas envie de faire un enfant n’est pas un couple, c’est une merde, c’est n’importe quoi, c’est une poussière… les super-couples libres… tu baises d’un côté chérie, je baise de l’autre. on est super-heureux ensemble. on se retrouve. comme on est bien. mais c’est pas un reproche que je fais, au contraire.  ma tristesse n’est pas un reproche vous savez… c’est une vieille tristesse qui traîne depuis cinq ans… vous en avez rien à foutre. regardez tous les deux, vous allez être bien… comme vous pouvez être heureux ensemble.

~ by alonso ruvalcaba on February 23, 2007.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: